Comment choisir ses pinceaux en aquarelle ?

On retrouve des centaines de types de pinceaux que ce soit en boutique d’art physique ou sur internet. C’est toujours délicat de choisir le bon matériel pour l’aquarelle lorsqu’on débute tout juste ce loisir créatif. Alors, je vous partage mes conseils pour acheter les pinceaux indispensables pour la peinture à l’aquarelle.

Si comme moi vous êtes excité à l’idée, à votre tour, d’observer la magie de l’aquarelle opérer sous vos yeux, l’achat de vos pinceaux peut s’avérer être une épreuve délicate.

Mais ne vous inquiétez pas je vais vous guider pour acheter les plus adaptés à votre pratique, vos techniques et votre budget !

Sommaire

Quels pinceaux choisir pour faire de l’aquarelle ?

Pour bien choisir, il faut prendre en compte plusieurs caractéristiques :

1. L’absorption du pinceau (capillarité)

C’est sa capacité à stocker de l’eau pour l’aquarelle. Ça permettra de recouvrir de grandes surfaces ou de ne pas devoir replonger son pinceau dans son pot d’eau systématiquement. Grâce à cette capacité de réservoir, le pinceau vous permettra de jouer plus facilement sur la transparence lors de vos réalisations.

À noter qu’un bon pinceau retient correctement les pigments des couleurs et ne relâche pas d’un coup l’eau sur votre papier (sinon c’est la cata…).

2. La forme du pinceau, sa taille et sa dureté

On parle aussi de nervosité, il s’agit de la souplesse des poils. J’aime utiliser la comparaison des brosses à dents, c’est un peu le même esprit. Certains seront bien plus rigides et d’autres, bien plus souple et pourront s’aplatir sans trop d’efforts. 

Je vais y revenir en détail, mais la forme et la taille du pinceau jouent un rôle crucial lors de la réalisation d’une peinture à l’aquarelle. Personnellement, j’ai un faible pour une forme de touffe ronde.

3. La matière des poils

Il faudra choisir entre les poils d’origine animale comme l’écureuil Petit gris ou la martre de Kolinsky ou bien en synthétiques. La matière du poil influence très largement le prix du pinceau. Vous verrez que vous pourrez tout à fait faire de belles peintures sans forcément utiliser de pinceaux en poils d’animaux (et tant mieux !).

Composition d’un pinceau

Pour mieux comprendre de quoi je parle ici, voici un aperçu de la composition d’un pinceau.

Les différentes éléments qui composent un pinceau

Ils sont pourvus d’un manche en bois recouvert d’un vernis. C’est là qu’on trouve le nom du fabricant, le modèle et la taille. Le manche peut aussi être en plastique ou en métal, mais c’est très rare. Quoi qu’il en soit, je préfère la sensation du bois.

De l’autre côté, on trouve la touffe composée de poils naturels ou synthétiques. Selon le pinceau, elle peut avoir des formes très variées, vous allez voir, j’en parle un peu plus loin.

Entre la touffe et le manche se trouve la virole. Très souvent en métal inoxydable (pour éviter qu’elle ne rouille), la virole peut aussi être en plastique ou plus rarement en plume d’oie. Lorsque c’est le cas, elle est resserrée par des fils métalliques pour maintenir fermement la touffe. C’est souvent le cas des pinceaux à lavis.

On parle aussi de racine pour mentionner les poils qui se trouvent « cachés » dans la virole.

Quelle forme de pinceau choisir pour l’aquarelle ?

Je me souviens de la première fois que j’ai cherché à acheter mon tout premier pinceau. Quelle galère ! La boutique était pleine à craquer, c’était avant les fêtes de Noël. J’étais seule face à ces centaines de pinceaux. C’était assez décourageant surtout que je n’avais pas vraiment idée de ce que j’allais peindre.

Allons-y petit à petit pour que vous puissiez comprendre la variété des pinceaux.

Il faut savoir qu’il existe 3 principales familles :

  • Les pinceaux ronds
  • Les pinceaux plats
  • Les pinceaux spéciaux 

Vous devez plus particulièrement vous intéresser aux deux premiers types de pinceaux si vous débutez dans l’art l’aquarelle.

​Les pinceaux ronds (round brush)

Les pinceaux ronds sont une famille dans laquelle on trouve les fameux pinceaux à lavis (wash brush), ils sont incontournables en aquarelle.

Je pense que c’est un pinceau indispensable lorsqu’on débute à l’aquarelle. Il permet une infinité de formes et si comme moi, vous êtes fan de créations florales, vous allez adorer utiliser les formes « naturelles » que proposent les pinceaux à lavis.

Les pinceaux plats (flat brush)

J’étais enthousiaste à l’idée d’utiliser un pinceau plat pour la première fois. Et puis, je me suis vite lassée et j’ai « sentie » que les ronds collaient plus à ma pratique, mes gestes et à mes créations.

Mais cela ne veut pas dire que ça sera aussi le cas pour vous.

D’ailleurs, les pinceaux plats restent ultra-pratiques pour remplir de plus grandes zones, d’utiliser leurs formes naturelles, pour créer des tracés plus uniformes… 

Les pinceaux de forme spéciale :

Ces pinceaux intrigants attirent tout de suite notre attention dans les rayons même si ce ne sont pas ceux que l’on va acheter si on veut débuter à l’aquarelle. Tout dépend bien sûr de vos inspirations et vos préférences, mais avec des pinceaux ronds et plats, vous pouvez déjà faire énormément de choses.

Pour en nommer quelques-uns, il y a :

Les pinceaux épée (sword brush) :

Les pinceaux épée peuvent être difficiles à manier lors des premières utilisations, mais ils peuvent s’avérer très pratiques pour peindre aussi bien des formes arrondies que fines.

Le mien est le Neptune (série 4750) de chez Princeton

Les pinceaux scarabée (scarabeus brush)

Les experts l’apprécient pour réaliser des formes fourchues ou simplement pour dupliquer des formes relativement proches en utilisant uniquement la double pointe. Je ne vous cache pas qu’il faut de la pratique pour parfaitement maîtriser ce pinceau.

Les pinceaux traînards (rigger brush)

Ils ont la particularité d’avoir une très longue touffe. Ce sont des pinceaux idéaux pour tracer de longues lignes sans avoir à recharger en eau et pigment.

Le Da Vinci 263 synthétique est top !

Les pinceaux biseautés (angled brush)

Il permet de réaliser assez simplement une forme d’aplat qui commence et/ou se termine en pointe par exemple. Ce qui est très joli, je dirais que ne l’utilise pas tous les jours, mais je prends beaucoup plaisir à profiter de cette forme biseautée.

Regardez dans la gamme Cotman de chez Winsor & Newton, le pinceau biseauté série 667 😉

Les pinceaux traceurs (script liner brush)

Dans le même genre que les pinceaux trainards, ils ont une longue touffe, mais qui finit en pointe très fine.

J’utilise le script liner « 00 » de chez Princeton.

Les pinceaux langue de chat (cat tongue brush)

Ils peuvent avoir une pointe ronde ou pointue. Il existe les pinceaux à langue de chat de chez Raphael avec un bon rapport qualité-prix ou le langue de chat à bout pointu de chez Princeton qui est un peu plus dur avec un prix un peu plus élevé. C’est un pinceau que j’aime utiliser pour faire de belles feuilles sur mes compositions florales.

Les pinceaux jupon (liner brush)

Ces pinceaux sont une combinaison du lavis et du traceur. Je m’explique, sa touffe à la particularité d’être assez large en sortie de virole, puis de s’affiner pour avoir une pointe particulièrement fine et longue à la fois. Vous obtenez donc une belle réserve d’eau pour peindre plus longtemps sans recharger.

Les pinceaux brosse

Personnellement, je n’en utilise pas car je n’aime pas la sensation. Ils ont vraiment des poils extrêmement durs, mais j’ai déjà vu des aquarellistes en utiliser, principalement pour des éclaboussures (ou splatters). 

Il existe une grande variété de pinceaux et je ne vais pas rentrer dans les détails, car je ne les utilise pas ou alors très rarement. Voici donc les autres variétés (liste non exhaustive) :

Les pinceaux usés bombés, éventail (fan brush), sabre (stryper brush), bulbe, carrés (short flat brush), spalters, lettreurs (lettering brush), queue de baleine, trident, cranté, etc.

Qu’est-ce qu’un pinceau à lavis ?

Si vous ne deviez en choisir qu’un, ce serait un pinceau à lavis.

Ils ont la particularité de retenir beaucoup d’eau, ils sont une capacité d’absorption importante ce qui est idéal pour la pratique de l’aquarelle. Je recommande un pinceau à lavis de taille moyenne comme le Casaneo Da Vinci à Lavis série 35 N°4.

Les pinceaux à lavis sont reconnaissables avec leur virole, souvent en plastique resserrée via des fils métalliques.

Ils ont une virole différente d’un pinceau « classique », car la touffe est bien plus importante à sa base.

Cette spécificité est liée à son ancêtre. La virole en plastique remplace la plume d’oie qui était autrefois utilisée pour faire tenir les poils au manche.

À noter sur les petits pinceaux à lavis, ne comptez pas sur eux pour faire de tout petits détails. Étant donné qu’ils retiennent beaucoup d’eau, ce n’est pas l’idéal de l’utiliser de cette façon, vous risquez d’avoir toujours « trop » d’eau pour faire vos petits détails.

Quoi qu’il en soit en commençant l’aquarelle, j’ai beaucoup apprécié ce pinceau de chez Raphael et c’était un excellent exercice pour justement travailler sur ce travail du dosage de l’eau. Donc, on n’hésite pas à utiliser le bord de récipient d’eau et son vieux linge pour se débarrasser de l’excès d’eau.

Quelle taille choisir pour ses pinceaux d’aquarelle ?

Pour les pinceaux, selon les marques la numérotation est différente et n’est pas cohérente. Franchement au départ cela m’a mis hors de moi 😂

On peut vite se tromper en pensant qu’une taille sera équivalente d’une marque à une autre et d’un type de pinceau à un autre.

Taille des pinceaux pour l'aquarelle

Pour vraiment comparer la taille des pinceaux ronds, il faudra utiliser votre règle. De là vous avez un aperçu de la largeur du pinceau en vous fiant à la largeur de la virole du pinceau (la partie qui maintient les poils ensemble).

Concernant les pinceaux plats, la largeur du pinceau est prise au niveau de la base de la touffe.

Les marques précisent la largeur des pinceaux par millimètre sur les fiches des produits. Donc, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil pour éviter les erreurs.

Si vous observez la mention « 3/0 » sur un pinceau lavis par exemple cela signifie que le pinceau mesure « 3 fois plus petit qu’un 0 ». On retrouve également ce type de taille « Taille 000 » équivalent à « 3/0 ». Oui je sais, c’est assez illogique, mais au moins vous savez maintenant.

Les pinceaux disposant d’une petite touffe serviront principalement pour les retouches en aquarelle ou pour réaliser de toutes petites créations.

Les pinceaux avec des touffes importantes seront très utiles pour couvrir de grandes surfaces rapidement, mais il ne faut pas croire qu’ils ne permettent pas des traits précis. C’est justement la qualité de la pointe qui va faire la différence et qui vous permettra de les utiliser avec beaucoup de polyvalence.

Les pinceaux d’aquarelle indispensables

Je voulais vous partager les pinceaux qui me semblent indispensables. Bien entendu, ça dépend de ce que vous préférez peindre et du support sur lequel vous peignez, mais voici mes conseils.

Je suis plutôt dans une démarche minimaliste et donc j’aurais tendance à vous proposer un petit ensemble de pinceaux polyvalents avec lesquels vous pourrez vous éclater et les manipuler régulièrement (et ne pas les laisser au fond de votre bureau 😂). Mais mine de rien, avoir plusieurs pinceaux peut changer la donne selon vos créations. En quelques mots, voici mes recommandations de pinceaux :

Un pinceau rond fin : pour la réalisation de détails, ceux qu’on réalise une fois que son aquarelle est sèche, à ce moment-là on utilise un plus petit pinceau qui ne sert pas à faire des lavis. Ce genre de pinceau permet de belles concentrations de pigments, c’est ce que l’on recherche le plus souvent pour finaliser sa création avec les détails.

Un pinceau rond de taille moyenne : pour créer de forme ronde et remplir une plus grande zone. Je l’utilise par exemple pour la réalisation de beaux eucalyptus. Ces pinceaux stockent moins d’eau.

Un pinceau à lavis : c’est indispensable pour l’aquarelle. Optez pour une taille moyenne pour réaliser des fonds, des paysages et garder sa polyvalence pour réaliser de plus petites créations. Je recommande chaudement aux débutants d’opter à minima pour le SoftAqaua 805 de chez Raphael numéro « 0 ». Très bon rapport qualité-prix

Vous l’aurez compris, l’objectif est de trouver un bon pinceau à lavis avec une belle pointe pour justement ne peindre qu’avec un seul pinceau. Ça, c’est un bon pinceau polyvalent. Les pinceaux ronds qui ont une belle pointe pourront aussi vous ravir dans cette optique. Personnellement, je trouve ça beaucoup plus simple de peindre avec un seul pinceau.

Étant donné que je peins aussi bien des personnages, des paysages, des fleurs, des objets, j’aime avoir le choix (mais pas trop tout de même !) dans mes pinceaux.

Quelle marque de pinceau pour aquarelle choisir ?

Je ne pense pas qu’il y ait une seule meilleure marque de pinceau d’aquarelle. Plusieurs marques offrent de belles gammes de pinceaux pour tous les budgets.

L’idéal est de choisir son pinceau selon le type de création que vous réalisez, vos goûts en matière de prise en main (manche et dureté de la touffe) et le prix.

Néanmoins, je vous dévoile mes pinceaux préférés pour que vous puissiez découvrir les outils qui m’accompagnent dans mes créations (aussi modestes soient-elles !)

Mes pinceaux d’aquarelle préférés

Le Casaneo Da Vinci N°0 avec des poils en synthétique

La pointe de la touffe est très précise et agréable pour réaliser des feuilles par exemple. Le seul hic, c’est qu’après plusieurs mois d’utilisation il a tendance à s’émousser légèrement. Ce qui n’est pas non plus désagréable pour créer d’autres types de feuilles. Cette fois-ci, ces feuilles seront plus rondes.

Le Casaneo Da Vinci série 35 N°4 avec des poils d’origine animale

La qualité du pinceau est très similaire au Da Vinci en poil synthétique cité précédemment. Néanmoins, les poils étant d’origine animale, la rétention d’eau et des pigments des couleurs est meilleure. La pointe est excellente ! Je trouve ce pinceau très polyvalent, je l’utilise aussi bien pour de petites réalisations que des plus grandes.

Voici un test d’un pinceau Da Vinci :

Le Princeton Neptune N°10 en faux écureuil

Ce pinceau en poil synthétique offre une très belle souplesse. J’aime beaucoup l’utiliser dans des moments de créativité intenses, car il reste très flexible par sa taille et la faible dureté des poils.

La référence est « 4750R » en écureuil synthétique.

Chacun à sa préférence ! Je vous recommande des pinceaux que j’aime utiliser quotidiennement. Mais la meilleure façon de savoir si ce pinceau est fait pour vous est de le tester. Par exemple, des personnes prennent plus plaisir à peindre avec des pinceaux plus « mous » et d’autres, plus rigides. J’apprécie pour ma part ces deux types de pinceaux, je n’ai pas d’avis tranché. Ce que j’aime aussi faire c’est de tester les pinceaux des copines sur une ou deux réalisations que j’ai l’habitude de réaliser et voir si ce pinceau me conviendrait ou pas. Je prends ensuite une photo, soit je vais l’acheter en ligne soit en magasin.

Que faut-il choisir entre les poils naturels et les poils synthétiques ?

Les propriétés de ces deux types de poils différents. Néanmoins, les poils synthétiques sont de plus en plus performants donc pour les plus réticents d’entre vous, ceux qui ne jurent que par les pinceaux en poils naturels, je vous conseille fortement de tester le synthétique !

On retrouve communément ces 3 types de pinceaux :

​- Pinceaux aquarelle en poils naturels (petit gris ou martre)

L’avantage de ce type de pinceau, c’est que l’eau et les pigments des couleurs s’appliquent de façon plus équilibrée sur le papier. En d’autres mots, l’eau est mieux stockée, le pinceau se décharge moins vite. Le top du top serait la martre de Kolinsky (qui est en fait un vison de Sibérie). Les fibres de sa fourrure seraient particulièrement adaptées à la peinture à l’aquarelle

Est-ce indispensable d’avoir uniquement des pinceaux en poils naturels ? Non, je vous en dis plus lors du point suivant.

L’inconvénient est bien sûr qu’ils sont faits à partir de fourrure animale. Selon vos convictions, ça peut être un non ferme et définitif.

​- Pinceaux aquarelle en poils synthétiques

L’avantage de ces pinceaux, c’est qu’ils offrent un bon rapport qualité-prix.

L’inconvénient majeur des pinceaux avec des poils synthétiques c’est que les poils étant en matière plastique, ils sont assez lisses. Il y a peu d’aspérité, ni rugosité. De ce fait, l’eau glisse (comme sur un toboggan !) et se décharge plus rapidement et plus facilement qu’un pinceau constitué de poils naturels. Les experts vous le confirmeront.

Si vous ne souhaitez pas acheter de pinceaux en poils naturels, je peux tout à fait le comprendre ! Vous apprivoiserez vos pinceaux à poils synthétiques et vous arriverez à les maîtriser au fil du temps !

Mon avis sur les pinceaux avec les poils des animaux, faut-il les utiliser ?

Chacun reflète ses décisions de consommation par rapport à ses idées et ses valeurs. Pour cette raison, je préfère acheter de façon raisonnée des pinceaux à poils d’animaux. J’en compte 1 seul parmi ma collection de pinceaux.

Je pense qu’aujourd’hui il existe de belles alternatives pour éviter ce type de pinceaux et qu’ils permettent des résultats similaires, voire meilleurs ! Donc, pourquoi s’en passer ? Je peins le plus souvent avec le pinceau Raphaël et sa technologie « Softaqua » qui permet une bonne recharge d’eau tout en ayant une belle concentration de pigments sur le papier.